Recherche
Fermer cette boîte de recherche.

833-865-2887

NOUVELLES DU RÉSEAU DE DRONES

Le drone Lemur S plane devant la fenêtre d'une maison lors d'une situation de crise. Montré en infrarouge.

Les drones sont remplaçables, les gens ne le sont pas : Trois études de cas réels du LEMUR S de BRINC par David Martel, Ret. Police métropolitaine de Las Vegas

Tout commence toujours par un appel au 911. Une personne s'est barricadée dans un bâtiment public, un véhicule ou une maison et risque de se blesser ou de blesser d'autres personnes. Les détails ne sont jamais aussi clairs qu'on le souhaiterait : le suspect est-il armé ? Combien de personnes sont en danger ? Y a-t-il des blessés ? Dans quel état d'esprit se trouve le suspect ? Mais la police est appelée à enquêter.

Après avoir obtenu un mandat de perquisition et établi un périmètre pour protéger les passants, ils commencent à évaluer la situation. Bien qu'il n'y ait pas deux situations identiques, il existe des procédures, des protocoles et des tactiques qu'ils peuvent utiliser pour obtenir des informations et élaborer un plan d'engagement. L'objectif est d'obtenir des informations sur ce qui se passe, d'établir un contact avec le suspect si possible et de mettre fin à la situation de manière pacifique. Dans ce genre de situation, il peut s'agir d'envoyer un négociateur de crise ou une équipe tactique dans un bâtiment ou un véhicule pour résoudre le problème.

Une fois envoyées dans une situation de crise, les forces de l'ordre sont à la fois les yeux et les oreilles de l'équipe qui rapportent ce qu'elles voient, un négociateur, un distracteur, un protecteur et un analyste. En entrant sur les lieux, elles risquent d'aggraver la situation, mettant en danger les otages, les suspects et elles-mêmes. Ils peuvent mal interpréter ce qu'ils voient et prendre des mesures disproportionnées, un suspect peut réagir en se blessant ou en blessant d'autres personnes - la liste des façons dont la situation peut déraper, et l'a déjà fait, est interminable.

Souhaitant offrir aux forces de l'ordre un moyen plus sûr de faire face à ce type d'incidents, Blake Resnick a fondé BRINC Drones. M. Resnick a travaillé avec son équipe de BRINC pour mettre au point le LEMUR S, un drone conçu pour la négociation en cas de crise et la connaissance de la situation. Le LEMUR S est équipé d'une caméra et de capacités audio bidirectionnelles, ce qui permet aux agents de voir ce qui se passe, d'entendre ce qui se passe et de parler avec les suspects et les victimes. Il peut également briser du verre, ce qui lui permet de pénétrer seul dans un bâtiment ou un véhicule sans avoir à envoyer quelqu'un dans une situation potentiellement dangereuse. 

Parce que les forces de l'ordre peuvent faire leur travail à distance de sécurité, le développement et l'application de technologies telles que le LEMUR S modifient la manière dont les policiers gèrent les négociations en cas de crise, ce qui permet d'obtenir de meilleurs résultats pour toutes les personnes concernées.

"Avec tout ce qui s'est passé ces dernières années, la désescalade est devenue une priorité pour toutes les forces de l'ordre", explique David Martel, retraité de la police métropolitaine de Las Vegas (LVMPD), "Nous ne voulons pas que quelqu'un soit blessé. Le LEMUR S est un excellent outil pour cela, car il a changé notre façon de gérer les situations et de parler aux personnes dans ces situations de crise.

Les trois histoires suivantes, prises sur le vif par Martel, montrent comment les drones comme le LEMUR S changent la façon de gérer les situations de crise.

Utilisation de drones lorsqu'une personne est barricadée dans un bâtiment public

L'équipe de Martel et le SWAT ont été appelés pour une situation de barricade dans une pharmacie locale. Un homme armé d'un pistolet était manifestement bouleversé et incohérent. Bien qu'il ait laissé tout le monde quitter le bâtiment et n'ait pris aucun otage, il s'était retranché dans le bâtiment et refusait d'en sortir.

"Il s'agissait simplement d'une personne qui avait besoin d'aide, mais comme il était armé d'un pistolet, nous n'allions pas entrer dans le magasin pour le pousser à bout", a expliqué M. Martel. "Nous sommes donc venus prêter main-forte aux agents du SWAT en faisant voler le LEMUR S dans le magasin pour savoir où il se trouvait et essayer de communiquer avec lui.

Ils ont d'abord utilisé un robot terrestre pour déclencher l'ouverture des portes coulissantes et ont fait voler le LEMUR S dans le bâtiment (ils ont découvert par la suite que le LEMUR S était capable de faire cela tout seul). Ils ont pu le localiser à l'aide de la caméra, mais se sont presque immédiatement heurtés à une résistance.

"La première chose que j'ai vue du coin de l'œil, ce sont des objets qui passaient devant la caméra", raconte M. Martel. "Il n'était pas très content que le drone entre là-dedans, alors il a commencé à lui lancer des objets. J'ai dû commencer à esquiver avec le drone pour m'éloigner des objets qu'il lançait. Pendant ce temps, nous cherchions à savoir où était l'arme - la tenait-il toujours ? Quand soudain, je le vois prendre une chaise et la lancer sur le drone - le premier coup a raté, le second non. Malgré tout, le LEMUR S est resté en état de vol".

"Je suis revenu après la sortie pour acheter une nouvelle batterie lorsque j'ai vu que l'arme avait été laissée sur le comptoir - le suspect n'était pas armé. Lorsque je suis revenu, nous avons utilisé le drone pour l'éloigner de l'arme, nous nous sommes perchés près du suspect et nous avons eu une conversation bilatérale avec lui. Nos négociateurs ont réussi à le faire taire et à le rassurer en lui disant que rien ne lui ferait de mal. Nous avons pu lui apporter l'aide dont il avait besoin. Si nous ne disposions pas de cette technologie, notre ligne de conduite habituelle aurait été d'envoyer quelques officiers pour lui parler en personne afin de comprendre ce qui se passait, ce qui aurait pu aggraver la situation et mettre tout le monde en danger".

Interrogé à ce sujet, M. Martel estime qu'environ un quart des incidents pour lesquels il a été appelé concernent des personnes qui ont besoin d'une assistance médicale de la part d'un professionnel de la santé mentale. Le LEMUR S de BRINC a aidé les forces de l'ordre à mieux évaluer l'état d'esprit des suspects, ce qui permet aux négociateurs de crise de prendre les mesures appropriées, de désamorcer la situation et d'apporter à ces personnes l'aide dont elles ont besoin.

Utilisation de drones lorsqu'une personne est enfermée dans un véhicule

Le LVMPD reçoit un appel concernant une personne qui s'est barricadée dans un véhicule et refuse d'en sortir. Ils craignaient qu'elle ne se blesse. Au lieu d'amener les agents jusqu'à la voiture et de risquer de l'agiter encore plus, ils ont déployé le LEMUR S.

"Nous avons utilisé un avion pour la distraire et nous assurer qu'elle n'était pas armée, puis nous avons utilisé le LEMUR S pour briser la vitre de la fenêtre du passager. Les agents ont pu la placer en garde à vue sans qu'elle ne se blesse ou ne blesse nos agents", explique M. Martel. "C'est un excellent outil de désescalade, mais c'est aussi un excellent moyen de distraction, qui attire l'attention des gens.

Les situations de ce type peuvent se terminer de manière tragique ; être capable d'évaluer la situation et de réagir au meilleur moment possible permet d'obtenir de meilleurs résultats.

Utilisation de drones lorsqu'une personne est barricadée dans une maison

Lorsqu'ils sont appelés à se rendre à un domicile, les agents doivent faire face à des défis uniques par rapport aux espaces publics et aux véhicules. Tout d'abord, il s'agit d'un espace confiné composé de plusieurs pièces. Il peut y avoir des animaux, des enfants et d'autres occupants. L'état de la maison peut varier considérablement et il y a beaucoup d'endroits où les gens peuvent se cacher, ce qui est une situation dans laquelle Martel s'est retrouvé vers la fin de sa carrière au LVMPD.

Les habitations peuvent constituer des obstacles supplémentaires.

"Dans l'un des derniers incidents que j'ai pilotés avant de prendre ma retraite, le suspect était caché dans le grenier", explique le commissaire Martel. "La seule façon de savoir qu'il était là-haut était d'apercevoir la caméra du LEMUR S depuis l'entrée de la buanderie. Nous avons perché le drone à proximité et avons pu obtenir un flux en direct pour voir s'il descendait ou non. Il a refusé de nous parler, mais nous avons pu entendre ses mouvements. Nous avons pris notre temps pour l'observer, et il a fini par sortir et a reçu l'ordre de quitter la résidence".

Suspect quittant le grenier

Il n'y a pas deux situations de crise identiques, mais les résultats peuvent être plus sûrs

La seule chose que Martel a soulignée dans chacune de ces histoires, c'est l'imprévisibilité du comportement humain. Il n'y a pas deux incidents identiques, ce qui signifie qu'il est difficile de savoir ce qui attend un policier et si tout le monde s'en sortira sain et sauf à la fin de la journée. Lorsque les forces de l'ordre peuvent placer un robot, comme le LEMUR S, à leur place, elles réduisent de plusieurs ordres de grandeur la possibilité d'un scénario dans lequel quelqu'un serait blessé.

Aujourd'hui, M. Martel travaille avec Volatus Aérospatiale pour former les agences de sécurité publique à l'utilisation de drones tels que le Lemur S.

"Chaque situation est différente. Je n'ai jamais été confronté à une situation de crise identique", conclut M. Martel. "C'est pourquoi l'utilisation de cette technologie change la donne. Au cours de sa première année d'existence, elle a été plus productive que n'importe quelle autre technologie. Il a été prouvé qu'elle permettait d'amener les situations violentes à une résolution calme et ordonnée où personne n'est blessé - c'est notre but ultime. Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation où nous devons recourir à la force, et nous ne voulons pas que quelqu'un se retrouve dans une situation où il pense devoir recourir à la force. Face à une situation d'escalade, il y a des décisions prises en une fraction de seconde - par exemple, tirer ou ne pas tirer - qui ont des conséquences durables. Grâce à cette technologie, ces décisions instantanées n'ont pas à être prises. Le LEMUR S nous permet de prendre notre temps, de ralentir l'élan et de laisser l'individu prendre la décision sur la façon dont la situation va se dérouler. En fin de compte, les drones sont remplaçables, les gens ne le sont pas.

Partager

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Courriel
Photo de Danielle Gagne

Danielle Gagne

Danielle travaille dans l'industrie des drones depuis deux ans en tant qu'analyste éditoriale pour Commercial UAV News. Pendant cette période, elle a travaillé dur pour devenir une voix positive et informée au sein de l'industrie, en se tenant au courant des tendances, des réglementations, des défis et des prédictions afin de fournir des informations significatives pour l'industrie.

Elle a produit des podcasts, des webinaires et des vidéos, et ses articles ont été cités dans les archives du Congrès. En tant que conteuse en chef chez Volatus Aérospatiale, Danielle s'appuie sur cet héritage pour fournir davantage d'informations et faciliter les contacts au sein de l'industrie.

Catégories

SUIVEZ-NOUS

Améliorez vos compétences et vos connaissances.

Étape 1 de 4

Dégagement ou recherche

Avec la technologie des drones

Peut-on vraiment sécuriser une pièce avec un robot terrestre ou un drone ?

Vous êtes basé à :